Page d'accueil / Tereos Sucre Océan Indien / Filiere

La filière canne-sucre de La Réunion

photo

L'industrie de la canne à sucre est une activité stratégique pour La Réunion. C'est une valeur sure : elle représente le premier poste d'exportation de l'île, elle structure et protège 25 000 hectares de terres et représente 12 000 emplois directs et indirects.

Un pilier économique

3 600 producteurs livrent prés de 2 000 000 de tonnes de cannes pour une production de 210 000 tonnes de sucres: la filière canne-sucre reste l'une des principales activités économiques de l'ile.
Elle est créatrice de richesse et d'emplois : 12 000 emplois directs et indirects.
Elle représente 50 % de l'exportation réunionnaise.

Une industrie sucrière moderne

La Réunion dispose aujourd'hui de deux usines àtaille européenne, les sucreries du Gol et de Bois-Rouge. Des investissements réguliers et conséquents ont permis aux deux unités industrielles d'atteindre des niveaux de compétence reconnus sur le plan international.

Un savoir-faire exporté

La modernisation constante de l'industrie réunionnaise en a fait une vitrine technologique reconnue dans l'ensemble du monde du sucre de canne. eRcane, le centre de recherche de la filière, effectue des missions de coopération et d'assistance technique dans les pays sucriers de la ceinture tropicale. Dans l'océan Indien, mais aussi en Afrique, en Asie, dans le Pacifique et la Caraïbe, son expertise en matière de sélection variétale, fruit de 75 années de pratique, est régulièrement sollicitée.

Une énergie renouvelable…

La canne à sucre produit également de l'électricité. Elle est, pour La Réunion, une source d'autonomie énergétique. En 1992 la mise en service d'une centrale thermique mixte bagasse-charbon a constitué une première mondiale. Aujourd'hui, les deux centrales, attenantes aux usines sucrières, transforment 540 000 tonnes de bagasse en énergie, ce qui évite l'importation et la combustion de 138 000 tonnes de charbon.

Et de la chimie verte

C'est un enjeu stratégique fort pour le centre de Recherche et de Développement eRcane. Produisant une biomasse très importante et demandant peu d'intrants, la canne à sucre est une plante idéale pour servir de base à une bioraffinerie. Elle permet déjà de produire :
- un produit alimentaire : le sucre
- de l'électricité avec la bagasse
- de l'engrais avec l'écume
- de l'alcool avec la mélasse.

De nouveaux débouchés, à forte valeur ajoutée pour la filière, correspondant à la valorisation de la canne « plante entière » sont à l'étude.

Une canne multifonctionnelle

Au-delà de son impact direct et indirect sur l'économie réunionnaise, l'activité sucrière est un véritable outil du développement durable. C'est un outil d'aménagement du territoire. La canne à sucre permet d'occuper et de valoriser l'espace de façon optimale et participe au maintien des paysages et de la qualité du cadre de vie. Joyau et symbole des paysages, c'est un atout majeur de l'attrait touristique de l'île. Par ailleurs, sa culture protège les sols de l'érosion naturelle et des cyclones. Elle représente un exutoire pour les déchets organiques, permettant de maintenir la pureté et l'alimentation des nappes phréatiques. C'est enfin et aussi le fondement de l'histoire réunionnaise. Depuis le XVIIIème siècle, la vie économique et sociale s'est organisée autour de sa culture. Elle a traversé les siècles, mobilisant chaque génération.

Syndicat du Sucre de la Réunion